L’association

2017 année de renaissance pour l’Aéroport.

Alors même qu’il était donné pour mort voilà un an, l’aéroport de Rouen semble retrouver un élan et un retour en grâce dont on ne peut ici que se féliciter. Après avoir analysé les enjeux d’un tel équipement pour une Métropole et sans doute compris les risques de ne plus pouvoir en bénéficier, le Syndicat Mixte (Métropole CCI et Matmut) semble vouloir faire preuve d’une réelle volonté d’accompagner positivement ce dossier.

Après presque une année d’attente et d’annonces faisant suite à la déclaration d’intention de mars 2016, les premiers signes positifs de la mise en mouvement se font sentir. La nomination d’une nouvelle direction en la personne de Madame Derome dont le parcours professionnel semble en adéquation avec le projet visé en est un. Le retour prochain d’une gestion directe avec, nous pouvons le penser, un meilleur contrôle et une transparence de l’utilisation des fonds alloués au développement de la structure et de son activité en est une autre. Le souhait désormais clairement affiché de développer les activités existantes (service public, aviation d’affaire, transport sanitaire, aviation de loisir et formation) ainsi que la reprise de vols réguliers et saisonniers doit permettre de mettre fin à cette remise en cause permanente de l’utilité du site. Aussi la Métropole doit elle au plus vite et au même titre que les autres équipements publics qu’elle gère, donner les moyens et susciter l’envie d’utiliser la plate-forme aéroportuaire Rouennaise. Ce ne sont pas à ce titre les idées qui manquent. A commencer par son inauguration qui depuis 26 ans n’a toujours pas eu lieu!

Trop de temps a été perdu dans la recherche de « solutions alternatives ». Ni Deauville, ni Beauvais, ni Caen ne peuvent apparaître comme des solutions crédibles ou efficaces pour répondre aux critères d’un aéroport de proximité pour une aire urbaine de 670.000 habitants. Alors que le transport aérien poursuit sa croissance à peu près partout en France et en Europe, notre Métropole ne doit pas, ne peut pas rester en dehors du mouvement. La compétition pour attirer entreprises et nouveaux habitants (voir pour conserver ceux en place) se joue aussi sur la crédibilité et l’efficience des équipements de transport.

Envol des redevances 2016. La position de l’association

Si les opportunités d’envol se sont drastiquement limitées au départ de l’Aéroport de Rouen, tel n’est pas le cas des taxes imposées aux usagers par l’exploitant en place, la SNC Lavalin dans son guide tarifaire 2016. Sans doute prépare t’elle son départ programmé en février 2017 après que le syndicat mixte ait annoncé sa volonté de reprendre une gestion directe de l’équipement. Nombreux sont ceux qui s’interrogent sur la justification d’une telle augmentation des redevances.

Déjà pointée du doigt par l’Association des Usagers et de Partisans de l’Aéroport (AUPAR), la gestion de l’exploitant affichait un enviable bénéfice net de 46% il y a peu . De quoi faire rêver bien des entreprises en ces temps de crise. Toutefois, cela tranche curieusement avec le déficit récurent de l’aéroport. Le corps est faible, mais la tête se porte merveilleusement bien.

Sans justifier clairement d’investissements ni de services supplémentaires, la dernière hausse des redevances montre que le délégataire risque cette fois de se payer sur la bête au grand dam des utilisateurs qui n’auront guère le choix sinon celui d’aller voir ailleurs.
Une approche dommageable à l’heure où la Métropole souhaite développer le site avec ses partenaires; la CCI et la Matmut. Regardera t’elle celui qu’elle avait choisi pour gérer son équipement (dont elle faisait peu cas il est vrai il n’y a pas si longtemps) lui compliquer la tâche pour la suite en lui laissant un équipement et des usagers essorés?

Sur le fond un réel problème subsiste. L’augmentation n’a pas été clairement présentée lors de la commission consultative des usagers du 9 Décembre 2015 et pour cause, la SEAR n’a pu dérouler son ordre du jour lors de cette réunion. De nombreux témoins peuvent d’ailleurs en témoigner. Dès lors on peut considérer que la consultation ne s’est pas faite dans les règles tandis que le rapport lui est bien sorti et a été présenté en préfecture
C’est ce qu’a dénoncé le président de l’AUPAR le 5 Avril lors d’une réunion avec le secrétaire général de la préfecture.

Un autre problème a été soulevé concernant la « légitimité » de Lavalin. Jusqu’à preuve du contraire, aucune DSP n’a été signée à ce jour pour prolonger l’exploitation du délégataire jusqu’en février 2017. Il s’agirait plutôt d’un « contrat de service » dans lequel la SNC Lavalin a perdu de ses prérogatives, certaines compétences ayant déjà été reprises par la Métropole (contrat pétrolier, travaux sur l’aéroport). Mais nous ne demandons qu’à être contredits sur ce point.

Concernant la position de l’association.
-Nous recommandons d’attendre et surtout de ne pas signer d’avenants (de surcroît antidatés)
– De continuer à payer vos redevances sur la base des tarifs 2015
– De rejoindre ou de rester mobilisés avec l’association pour vous tenir informés et engager unitairement les actions adaptées dans le but de défendre vos intérêts et ceux de la plate-forme.

Pour en savoir plus article r224-3 du code de l’aviation civile
et r224-3-1

Guide tarifaire 2016

Communiqué de presse du 02 Mars 2016

Alors que des décisions irréversibles tendant au déclassement puis à la fermeture de l’Aéroport de Rouen Vallée de Seine allaient être prises, l’Association des Usagers et des Partisans de l’Aéroport de Rouen s’est constituée le 28 février 2015 avec pour but de fédérer l’ensemble des usagers mais aussi des partisans de cet aéroport.

En effet, en prévision de cette fermeture programmée à la date d’expiration de la Délégation de service public consentie pour l’exploitation de l’aéroport, soit le 29 février 2016, le Syndicat mixte de gestion de l’Aéroport Rouen Vallée de Seine avait renoncé à lancer une nouvelle procédure d’appel d’offres.

Initialement « force de dissuasion » en empêchant le déclassement puis la fermeture sans avoir à recourir à la justice, l’Association, à laquelle se sont joints notamment les personnels de l’Aviation civile de Rouen, les professionnels de la santé mais aussi l’Association Cardio-greffes Normandie, a pu remplir son objet social en se comportant en force de concertation et de propositions.

Ainsi, effectuant un important lobbying auprès des différents Services de l’Etat, de tous les acteurs mais surtout des élus qui ont pris la peine d’examiner sérieusement l’argumentation développée, les Dirigeants de l’Association ont pu démontrer et faire prendre conscience que cet aéroport était indispensable à la Métropole de Rouen Normandie pour les missions de service public (notamment de protection civile et sanitaires) et l’économie de la Métropole rouennaise.

Par le communiqué commun, en date du 1er mars 2016, du Syndicat mixte de gestion de l’Aéroport Rouen Vallée de Seine, de la Métropole Rouen Normandie, de la Chambre de commerce et d’industrie de Seine Mer Normandie et de la Matmut, l’Association ne pouvait recevoir de meilleure récompense pour les actions menées durant l’année écoulée à l’occasion de l’anniversaire de sa création et ce d’autant que ses propositions tendant à la poursuite et au développement des activités de l’Aéroport semblent aujourd’hui validées.

L’association capitalise sur ces résultats qui la crédibilisent de plus fort et va s’inscrire dans la durée en réorientant son action de défense vers le soutien et l’accompagnement des actions de développement de l’Aéroport.

Elle ne peut qu’approuver que la Métropole et la Chambre de commerce et d’industrie aient enfin décidé de recourir à une gestion directe de cet équipement public, s’affranchissant d’un Délégataire de service public qui malheureusement s’est plus comporté en « prédateur » d’argent public qu’en Exploitant en bon père de famille ainsi qu’elle a eu l’occasion de le dénoncer.

L’entrée d’un partenaire privé très impliqué dans la vie locale, la MATMUT, dont les qualités de gestionnaire ne sont plus à démontrer, ne peut que placer ledit Aéroport sous de bons auspices.

Néanmoins, l’Association des Usagers et des Partisans de l’Aéroport de Rouen, tout en s’affirmant comme un partenaire incontournable pour le développement et le rayonnement de la plate-forme, restera particulièrement vigilante sur toute dénaturation du projet annoncé et notamment de l’utilisation du foncier de l’Aéroport à d’autres fins qu’à l’usage aéronautique.

Convergence?

Dans un article du bulletin de Rouen daté du 1er décembre 2015, le président du syndicat mixte de l’aéroport, M.Marut annonce qu’en ce qui concerne les solutions envisagées pour assurer la pérennité et la relance de l’activité de la plateforme « les choses avancent ». Des propositions devraient être formulées d’ici fin décembre. De son côté le responsable d’exploitation du délégataire la SNC Lavalin reconnait que l’activité de l’aéroport est rentable (à minima pour son entreprise qui a engendré 46% de bénéfice net en 2014), en expansion et que l’équipement conforte sa vocation pour la desserte aérienne de la Métropole. Il confirme ainsi  la position des présidents de cette dernière et de la CCI, messieurs Sanchez et Hérail qui ont reconnu l’utilité de l’aéroport dans ses diverses missions essentielles un peu plus tôt et à peu près dans les mêmes termes.

L’association des Usagers se félicite de cette convergence désormais générale avec le point de vue qu’elle défend depuis le départ. Elle reste toutefois vigilante et attend donc la concrétisation de ces paroles par des actes positifs en faveur de l’aéroport.